Les Minangkabaus, une société de clans et d’héritières

This slideshow requires JavaScript.

Les Minangkabaus, ethnie majoritaire dans la région de Sumatra Ouest, constituent le plus grand groupe matrilinéaire du monde. Tout en étant de pieux musulmans, ils pratiquent un système de propriété et d’héritage qui les distinguent des autres Indonésiens dont ils partagent la foi.

Chez les Minangkabaus, les biens ancestraux (essentiellement maisons et rizières) se transmettent par les femmes. Au moment de l’héritage, les fils obtiennent une part des biens que leurs parents ont acquis  grâce à leur travail commun mais voient leurs sœurs récupérer tous les biens ancestraux de la famille.

Dans cette société de clans, les enfants appartiennent au clan de leur mère et ce n’est pas leur père mais leur oncle maternel qui est consulté pour les décisions importantes pour leur avenir.

Lorsqu’un homme se marie, au lieu de faire venir son épouse sous le toit familial ou elle devra cohabiter avec ses beaux-parents, c’est lui qui s’installe chez sa belle-famille. Il doit accepter de vivre dans une maison qui ne sera jamais la sienne. Ainsi, à l’inverse des nombreuses sociétés dans le monde – par exemple la société indienne – où les femmes qui enfantent des filles se lamentent car avoir une fille équivaut à “cultiver le jardin du voisin”, les Minangkabaus sont contents d’avoir des filles, qui perpétueront le clan et prendront soin d’eux pendant leurs vieux jours. 

Bien sûr, ce système traditionnel connaît de multiples aménagements de nos jours. La plupart des ménages, dès qu’ils en ont les moyens, s’installent dans leur propre maison et beaucoup de Minangkabaus épousent des non-Minangkabaus. Les magnifiques maisons traditionnelles aux toits en forme de cornes de buffles sont souvent jouxtées par une maison moderne, plus confortable, dans laquelle vit la famille, qui se contente de stocker les récoltes dans les bâtiments anciens. 

Néanmoins, la conscience d’une identité minangkabau reste forte et en découvrir les particularismes constitue un des intérêts d’un séjour dans la région.

Malgré les accommodements trouvés par les Minangkabaus  entre leur tradition matrilinéaire et le droit coranique patriarcal, les mosquées sont aussi omniprésentes à Sumatra ouest qu’ailleurs en Indonésie. N’espérez pas échapper au réveil par le muezzin à 4h30 du matin !

Le dimanche matin, vous croiserez sans doute des hommes minangkabau partant à la chasse accompagnés de leurs chiens (voir photo). Un loisir qui les distingue aussi des autres musulmans, qui considèrent les chiens comme impurs.

Lire mon reportage sur les Minangkabau sur le site Rue 89

Advertisements

About pondibea

Journaliste spécialiste de l'Asie du Sud, qui traîne son sac à dos (rempli d'au moins autant de livres que de vêtements !) à travers le sous-continent indien et l'Indonésie.
This entry was posted in Rencontres and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Les Minangkabaus, une société de clans et d’héritières

  1. Pingback: Demande à mon oncle ! | Sur les pas de Prakash

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s